Acouphènes : 7 solutions pour ne plus les entendre

9 août 2016

1 Français sur 4 a ou aurait eu des acouphènes. Suite à un traumatisme sonore, à une poussée de tension, de diabète ou encore une otite, on se met à entendre un sifflement ou un bourdonnement, de manière occasionnelle ou permanente. Les solutions pour en finir avec ce bruit gênant.

Ecouter du bruit blanc pour tromper le cerveau

Un acouphène peut passer de lui-même au bout de quelques jours ou quelques semaines. Lorsqu’il s’installe, c’est qu’il a été « mémorisé » par le cerveau : « Il s’agit alors d’un son lié à un traumatisme (maladie ou traumatisme sonore) qui reste en mémoire alors que la cause a disparu », précise le Dr Lacher-Fougère. L’objectif est alors d’amener le cerveau à « oublier » ce bruit gênant et à le masquer. Pour cela, on mélange ou couvre l’acouphène par un bruit qui n’est pas perçu comme désagréable et que le cerveau est capable de filtrer.

En pratique : le masquage sonore peut par exemple se faire en écoutant une liste de musiques (de préférence toujours la même) le soir au moment de dormir ou dès que l’acouphène est gênant. On peut aussi utiliser un son neutre type bruit de nature (eau, vent…) ou un « bruit blanc », quasi inaudible et proche de l’intensité sonore de l’acouphène (on trouve des CD de bruits blancs, par ex. sur stop-acouphènes.com). Il faut généralement écouter ces bruits à un volume faible, 3 à 4h par jour pendant au moins 6 mois. Si ça ne marche pas, un audioprothésiste peut aussi fournir un générateur de bruit blanc à porter derrière l’oreille (environ 500 € par oreille).

Des exercices de relaxations pour les oublier

L’acouphène est un cercle vicieux : plus on focalise son attention dessus parce qu’il nous gêne, plus il est mal vécu et plus on l’entend… Il faut essayer d’interrompre ce cercle infernal et les méthodes de relaxation, comme la sophrologie, peuvent aider.

Comment ça marche ? Un sophrologue peut par exemple montrer des exercices de relaxation dynamique (mouvements doux synchronisés au souffle) ou s’appuyer sur des images mentales (on visualise par exemple un endroit où l’on se sent particulièrement bien afin de s’y ressourcer lorsque l’acouphène nous dérange, par exemple le soir en se couchant). Il aide aussi à exprimer son ressenti et à travailler sur la gestion du stress et des émotions. 3 à 6 séances sont généralement nécessaires avant de pouvoir utiliser seul ces outils à la maison, au quotidien. (45 à 70 € selon la région, http://reseau-sophrologie-acouphenes.fr/)

Détendre les muscles des cervicales

Certains acouphènes, dits « somatosensoriels », sont liés à des tensions excessives au niveau de la face, du cou et des mâchoires. Des indices pour les reconnaître ? Ils surviennent généralement d’un seul côté, par intermittence (notamment lorsqu’on bouge la tête dans certaines positions) et s’accompagnent de maux de tête ou de douleurs cervicale.

Comment ça marche ? Via des pressions et des manipulations douces au niveau des cervicales et des mâchoires, un ostéopathe ou un chiropracteur peuvent débloquer les tensions près de l’oreille et aider à éliminer l’acouphène, au bout de 3 séances en moyenne (40 à 80€ selon la région et le praticien).

Attention, ce n’est efficace que si l’acouphène n’est lié qu’à ces tensions mécaniques et qu’un bilan ORL confirme qu’il n’y a pas d’autres causes comme une baisse de l’audition ou une maladie.

Trouver des parades pour se relaxer

Souvent, l’habituation à un acouphène se fait naturellement. Mais 10% environ des gens n’y parviennent pas et se retrouvent très gênés au quotidien, avec des problèmes d’anxiété, de sommeil, de fatigue… « L’objectif est alors d’apprendre à mieux gérer l’acouphène pour pouvoir l’ignorer et finir par l’oublier », explique le Dr Lacher-Fougère. Un soutien psychologique via une thérapie comportementale et cognitive (TCC) peut aider. Ce type de thérapie permet d’identifier les idées et automatismes qui entretiennent l’acouphène et de trouver des parades.

En pratique : les exercices proposés visent à changer les croyances concernant l’acouphène (par exemple « je peux trouver des parades » plutôt que « ça ne va aller qu’en empirant ») ou la façon de réagir lorsqu’il nous gêne (par exemple utiliser des méthodes de relaxation au lieu de fuir les endroits bruyants). Une étude auprès de 492 patients a été publiée en 2012 dans The Lancet : après 12 mois, les patients du groupe TCC présentaient une amélioration supérieure en matière de qualité de vie par rapport à ceux qui recevaient uniquement des soins standards. Il faut généralement compter 5 à 12 séances, auprès d’un psychologue, orthophoniste ou psychiatre formé aux TCC (www.aftcc.org), d’abord en individuel puis en groupe. De 50 à 100 €/séance en individuel, 30 à 50 € en groupe.

Essayer les vasodilatateurs pour les acouphènes récents

Lorsque les acouphènes sont récents (moins de 6 mois), le médecin peut dans un premier temps prescrire un traitement par vasodilatateur, quelle qu’en soit la cause. « En dilatant les vaisseaux sanguins, notamment ceux qui irriguent l’oreille, ces médicaments augmentent l’afflux de sang et aideraient ainsi les cellules auditives agressées à se réparer », explique le Dr Lacher-Fougère.

En pratique : le ginkgo biloba est une des molécules les plus prescrites. Il faut prendre ces médicaments 2 à 3 fois par jour pendant 1 à 2 mois (s’il n’y a pas d’effet au-delà, mieux vaut arrêter et essayer autre chose) mais ils ne sont plus remboursés. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Un appareil auditif qui diminue les acouphènes

Si l’acouphène est associé à une perte d’audition, un appareil auditif qui amplifie les sons ambiants peut suffire à diminuer progressivement la gêne. Mais l’appareil doit être bien réglé (trop fort, il favorise la fatigue auditive donc l’acouphène), il est donc important d’ajuster le réglage au moins 3 fois par an chez l’audioprothésiste.

Mais aussi : si ça ne suffit pas, un générateur de sons peut être ajouté à l’appareil auditif (compter en moyenne 300 € de plus). L’audioprothésiste essaiera de trouver les sons qui se rapprochent le plus possible de l’acouphène : à la longue, l’oreille s’habitue à cette fréquence et le cerveau comprend qu’il ne doit plus prendre en compte ces sons, on finit par ne plus entendre l’acouphène.

Consulter sans attendre

Lorsqu’on se met à entendre des sifflements ou bruits gênants dans l’oreille, par exemple après un concert ou sans raison apparente, mieux vaut en parler tout de suite à son généraliste ou son ORL. « Si on les prend tôt, on arrive à faire disparaître les acouphènes dans la majorité des cas grâce à des médicaments ou des ambiances sonores douces. Mais il faut consulter rapidement, dès lors que l’acouphène ne passe pas tout seul au bout de 3 ou 4 jours », prévient le Dr Stéphane Lacher-Fougère, ORL à Bordeaux. En revanche, plus on attend avant de s’en occuper (par exemple si on laisse traîner plusieurs mois), plus l’acouphène devient compliqué à traiter car il est « mémorisé » par le cerveau.

L’idéal est de s’orienter vers une consultation acouphènes, au sein de laquelle tous ces professionnels travaillent ensemble. « Chacun apporte son savoir-faire : soutien psychologique, explication du fonctionnement de l’oreille, techniques de relaxation comme la sophrologie pour diminuer le stress, stratégies d’évitement du silence, conseils pour trouver le masquage sonore adéquat, etc… », précise le Dr Lacher-Fougère. Une trentaine d’équipes spécialisées existe à travers la France. Pour contacter la plus proche, consulter le site de l’Afrepa , qui en regroupe plusieurs.

Source : Medisite, Enquête JNA (Journée Nationale de l’audition)/ Ipsos Acouphènes et hyperacousie , 2014.

Article la Dépêche du midi

21 septembre 2015

Des implants électroniques pour les sourds profonds

[...]
Autre secteur de pointe où se distingue le CHU de Toulouse : celui des implants cochléaires pour les personnes atteintes de surdité profonde et qui ne peuvent être appareillées avec une prothèse conventionnelle.

L’équipe du Pr. Bernard Fraysse, otologiste et otoneurochirurgien, a acquis une notoriété européenne dans le domaine de l’audition, où les techniques évoluent à toute vitesse.
Ces implants cochléaires se composent d’un processeur placé sous la peau du crâne et relié à 15 à 22 électrodes positionnées dans l’oreille interne tous les millimètres. Chacune d’entre elles envoie un signal qui dépend de la fréquence aiguë ou grave (voix d’homme ou de femme), et de l’intensité forte ou faible.

À l’extérieur du corps, se trouve un processeur, sorte de prothèse auditive, qui capte les sons et les envoie par radiofréquence vers l’électrode dédiée, laquelle, par «sélectivité», va à son tour stimuler la partie de nerf sensible à telle fréquence ou intensité. On comprend à la fois la complexité du système et toute sa précision. Si l’intervention chirurgicale ne dure qu’une à deux heures, la période de rééducation et de réhabilitation peut se révéler très longue pour habituer le cerveau à la nature des sons qui lui sont transmis et dont il doit retrouver la mémoire.
Mais le réapprentissage sera d’autant plus aisé que les patients ont déjà entendu ces sons et les ont conservés dans un bout de leur mémoire. La rééducation est plus longue bien sûr quand la surdité est déjà très ancienne ou congénitale.

Au final, la personne atteinte de surdité sévère peut réapprendre à téléphoner, à comprendre une conversation… Mais la qualité du son se révèle différente de celle obtenue naturellement, moins d’informations sonores étant transmises au cerveau.

J.-M.D.
implants
Source : La Dépêche du Midi , samedi 5 septembre 2015

Nouveau : Maison des Usagers Hôpital Paul Riquet

18 juin 2015

Une nouvelle permanence à la Maison des Usagers Hôpital Paul Riquet (anciennement appelée Hôpital Purpan).

Elle se tient au 3e étage de l’hôpital, le guichet se trouve au niveau du I , dans la rue médicale du hall B

Comme celle de Rangueil, les bénévoles des associations sont à la disposition de tous les usagers.

L’AMDS y assure des permanences, voir le calendrier des manifestations pour en connaître les dates.


Accès à l’hôpital Pierre-Paul Riquet

Cet établissement est situé sur le site géographique de Purpan. Par conséquent, si vous souhaitez connaître les modalités d’accès à cet établissement, consultez la rubrique accès au site de Purpan.

Coordonnées GPS

L’hôpital Pierre-Paul Riquet est accessible aux patients par différentes entrées :

  • par les halls A, B et C (niveau 3 – en face du dépose minute – accès par la place du Dr Baylac et l’avenue des Arènes Romaines) :
    • longitude : 43.610251,
    • latitude : 1.399158
  • par le hall d’accueil (niveau rez de chaussée – accès par l’allée Jean Dausset) :
    • longitude : 43.609917,
    • latitude : 1.401744.

Contre les acouphènes… une innovation ?

20 mai 2015

Des scientifiques irlandais ont mis au point un casque qui permet de stimuler le cerveau et réduire le son des acouphènes de 42%.

Sifflements, bourdonnements, souffles… Le bruit constant provoqué par les acouphènes ne sera bientôt plus une souffrance psychologique pour ceux qui en souffrent. Neuromod Devices Limited, une compagnie irlandaise, vient de créer un casque audio qui aide le cerveau à réduire le volume des acouphènes.

Comment ça marche ?

Ce casque baptisé « Mutebutton » diffuse une musique relaxante. Il est rattaché à un petit bâton qui doit être posé sur la langue et diffuse un léger courant électrique en synchronisation avec la musique. De cette façon, les nerfs sont stimulés, le cerveau se concentre uniquement sur les vibrations et la mélodie relaxante, et baisse machinalement le son des acouphènes. 60 patients atteints d’acouphènes depuis plus de 6 mois ont testé le produit 30 minutes par jour pendant 10 semaines. Résultat ? Le volume des sons « fantômes » à réduit de 42%.

Cet appareil est uniquement disponible en Irlande. Il le sera en Grande-Bretagne pour fin 2015. Rien n’a encore été annoncé concernant la France.

Source :http://www.medisite.fr

Permanence administrative toulousaine

10 novembre 2014

Une permanence administrative est proposée dans l’entreprise toulousaine AUTREMENT DIT.

Cette permanence est à destination du public sourd, malentendant, ou dysphasique.

Est proposée une aide ponctuelle : appels téléphoniques, rédaction de courrier, explication de courrier, montage de dossiers administratifs (personnels ou professionnels), recherche d’appartement + Informations diverses.

Un accueil est mis en place tous les vendredis matin sans RDV.
Possibilité de rendez-vous les autres jours de la semaine ou par l’intermédiaire de skype.

Le 1er rendez-vous est gratuit (1h).

http://www.autrement-dit.eu/

en savoir plus…

Rencontres Entreprises-Emploi CCI Toulouse

10 novembre 2014

Le 20 novembre 2014

Sous le parrainage du Secrétariat d’Etat chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion et de Jean-Pierre JUBIN, Président du Comité Départemental Handisport de la Haute-Garonne

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse via son « Club Réussir Ensemble » organise la 6ème édition des

Rencontres Entreprises-Handicaps
dédié au recrutement des demandeurs d’emploi en situation de handicap,
dans le cadre de la 18è Semaine pour l’emploi des personnes handicapées (du 17 au 23 novembre 2014)

Plus de 70 exposants (entreprises et institutionnels) se donnent rendez-vous :

Jeudi 20 novembre 2014 de 9h à 17h
à Entiore – Cité de l’Entreprise
2, avenue de Mercure – 31130 Quint-Fonsegrives

ENTREE LIBRE

voir le programme, la liste des participants…

Services fiscaux : accueil des malentendants

2 mai 2013

Afin d’améliorer l’accueil du public et les services rendus aux usagers,
notamment à l’égard des personnes handicapées, la Direction Générale des Finances Publiques a mis en place un accueil adapté pour le public sourd ou malentendant à l’occasion de la campagne de souscription des déclarations
d’impôts sur le revenu.

L’accueil de ces usagers pour LE DÉPÔT de leur déclaration des revenus de l’année 2012 est assuré :

Tous les jours sans rendez-vous de

8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h

Et du 13 au 27 mai

de 8 h 30 à 16 h

Au Centre des finances publiques de Rangueil,

33 rue Jeanne Marvig, 31400
TOULOUSE

Conseils pour parler à un malentendant

18 mars 2013

la poste

« Placez-vous face à la personne malentendante », suit un croquis humoristique que je vais illustrer par une anecdote personnelle :
J’avais affaire à la poste. Je présente ma requête à la postière. Celle-ci, assise devant son ordinateur derrière son guichet parle, tête baissée, tout en cliquant sur l’ordinateur.
« C’est à moi que vous parlez? »
« À qui d’autre voulez-vous que je parle? » je lui explique alors calmement, posément que, étant malentendante, je pratique la lecture labiale, et pour ce faire, il me faut la voir de face.
Cependant elle continue à marmonner ses renseignements et comme je ne comprends toujours pas, j’ai droit à des haussements d’épaule, des sourires entendus, des hochements de tête.
Je traduis : « la vieille-là, elle est débile. »
La moutarde me monte au nez. Je ramasse mes papiers et grossièrement je lui lance: « Vous vous foutez de ma gueule, je terminerai l’affaire une autre fois. » La scène est publique. La postière se ressaisit, me fait signe de baisser le ton et enfin me donne clairement et en partie par écrit la marche à suivre pour réaliser l’opération.
Puis elle me salue avec un sourire par un « au revoir, Madame, bonne soirée » La grossièreté serait-elle payante, hélas ?

M.-M. G.

Contact

22 juillet 2011

Comment nous contacter ?

Adresse électronique : contact@amds-midi-pyrenees.asso.fr
Secrétaire : Mme BAJARD Gisèle
Téléphone : 06 75 13 73 48

Où nous rencontrer ?

Permanence d’accueil : 1er mardi et 3ème jeudi du mois de 16h30 à 18h00.

MAISON DES ASSOCIATIONS, Espace Niel, 81 rue Saint-Roch, 31400 TOULOUSE

 

 

OU
Sur rendez-vous avec le président et/ou le vice-président

pdfTélécharger la plaquette AMDS

Programme de la JNA

5 janvier 2011

VisuelplaquetteJNA20111

programme
page3
presentation



Cliquer pour télécharger la plaquette complète de cette Journée Nationale de l’auditionpdf

Amds JNA2011