8 habitudes dangereuses pour votre audition

28 avril 2015

Perte auditive, acouphènes… Vous voulez éviter tous ces problèmes d’audition ? Voici huit mauvaises habitudes à ne plus prendre parce qu’elles peuvent endommager vos oreilles.

  • Les baisers à l’entrée de l’oreille
  • Si un geste aussi doux que le baiser est une marque d’affection, il peut s’avérer dangereux pour l’audition quand il est prodigué à l’entrée de l’oreille. Cela peut créer « une aspiration » sur le tympan délicat, avec à la suite des turbulences dans le fluide de la cochlée, ou de l’oreille interne, et parfois une perte auditive. Le Dr LEVI REITER, professeur en audiologie à l’Université Hofstra à New York (Etats-Unis) auraient identifié plus de 30 oreilles victimes du baiser. Selon ses patients, le baiser à l’oreille peut être comparable au bruit d’une balle qui frappe l’oreille.
    En pratique : Eviter d’embrasser cette zone particulièrement sensible.

  • Crier dans les oreilles
  • En plus d’être désagréables, les cris dans les oreilles peuvent être dangereux pour l’audition. « Quand un enfant crie dans une oreille, c’est très mal perçu et dangereux. Il ne faut jamais crier dans l’oreille de quelqu’un car on peut créer un traumatisme sonore » explique le Pr Christian DUBREUIL, chirurgien ORL dans l’émission « Allô docteurs » de France 5. En effet, si notre voix est en moyenne à 50 dB, quand on hurle, elle peut atteindre les 100 dB.
    En pratique : Eviter de parler ou crier dans le creux de l’oreille d’une personne.

  • Prendre des médicaments sans se méfier
  • Certains médicaments, dits « ototoxiques », peuvent être néfastes pour l’oreille interne jusqu’à provoquer une surdité de perception, des acouphènes ou des vertiges. Celle-ci peut être transitoire ou définitive. En général les deux oreilles sont touchées de manière symétrique si le médicament se prend par la bouche ou par injection. Une seule oreille est touchée si le médicament est directement appliqué dans l’oreille.
    - Les médicaments aux effets réversibles: Les diurétiques, comme le Lasilix® ou l’Aldactone®, utilisés pour l’hypertension artérielle ou l’insuffisance cardiaque peuvent causer une perte auditive importante mais les effets s’estompent à l’arrêt du traitement.
    Les anti-inflammatoires, comme l’Aspirine® ou le Kardégic®, peuvent également provoquer une perte de l’audition transitoire quant ils sont pris à trop forte dose.
    -Les médicaments aux effets irréversibles : Les aminosides (Tobradex®, Antibiosynalar®…) comme les médicaments anticancéreux (Glivex® ou Methotrexate®) peuvent causer une perte auditive similaire à la presbyacousie (la perte auditive naturelle due au vieillissement). Dans ce cas, la seule solution pour pallier la perte auditive est le port d’un appareil auditif.
    A savoir : Les effets secondaires des médicaments sont généralement cités par le médecin ou l’ORL qui évalue avec vous les risques.

  • Rouler fenêtres ouvertes dans la voiture
  • En voiture, les enfants aiment se tenir à côté des fenêtres grandes ouvertes. Or, ils peuvent ressentir une surdité passagère qui à long terme peut devenir plus dérangeante. Egalement, descendre une route de montagne trop rapidement peut gêner les oreilles des plus petits à cause des effets de la pression.
    Comment reconnaître les signes de surdité chez l’enfant ? En cas de surdité modérée, l’enfant peut manifester des troubles de la voix, du comportement, un retard de langage ou avoir des réactions inconstantes aux bruits ou à la voix. Il faut également se méfier des otites ou des rhinos à répétition. Si la surdité est plus importante, l’enfant peut développer des troubles du langage ou du comportement.* En cas de doute, il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin traitant.
    *Source : Journée nationale de l’audition

  • Jouer de la perceuse sans protection !
  • Le bruit d’une perceuse quand on bricole est largement supérieur au 85 dB, il peut donc altérer les cellules auditives de l’oreille interne et provoquer des dommages à long terme. Les ouvriers, exposés continuellement à ce type de bruit, risquent une surdité qui n’est pas opérable et souvent accompagnée d’acouphènes. La surdité est d’ailleurs la deuxième maladie professionnelle selon les estimations de la JNA avec 750 nouveaux cas recensés par an.
    En pratique : Quand vous entamez de gros travaux sur un ou plusieurs jours imposant l’utilisation d’outils bruyants, il faut protéger vos oreilles avec un casque ou des boules Quies.
    Comment reconnaître les signes de surdité chez l’adulte ? Un changement de comportement ou une modification de la voix et de l’articulation des mots peuvent manifester un début de surdité. Quand une personne fait répéter souvent son interlocuteur ou qu’elle se plaint de gêne auditive, il ne faut pas hésiter à demander l’avis de son médecin.

  • Multiplier les sauts à la piscine
  • Les amateurs de sauts dans la piscine ou dans les vagues doivent se méfier des surdités passagères. Ici c’est la pression de l’eau qui est en cause et peut vous faire ressentir un léger mal aux oreilles, surtout quand les sauts sont successifs. Il n’y a que les accidents de plongée en haut profonde qui peuvent causer une surdité irréversible. En plongée, il est important de respecter la période de pressurisation pour remonter à la surface.
    En pratique : Si vous voulez vous prévenir de la surdité passagère, il existe des bouchons adaptés à l’environnement aquatique.

  • Manger n’importe quoi !
  • Si les oreilles aiment le calme et la tranquillité, elles aiment aussi être bien nourries. Des études* ont montré que les personnes souffrant de perte auditive avaient une carence nutritionnelle. L’oreille est un organe comme les autres qui a besoin d’être alimenté. Bien manger ne vous fera pas mieux entendre mais c’est important pour prendre soin de ses oreilles.
    En pratique : Diana Saxton-Parisi, naturopathe, préconise de privilégier les aliments à base d’omega 3 (huiles végétales de colza, noix, poissons gras…) car ils contribuent au bon fonctionnement du cerveau et donc à un bon traitement des informations auditives.
    Le magnésium (fruits de mer (bulots particulièrement), céréales complètes, cacao, légumes verts…)) est un puissant antioxydant qui prévient le vieillissement des organes.
    L’acide alpha-lipoïque et vitamine E (patates douces, rognon, viande de bœuf…) a des vertus capables de réduire les lésions de l’oreille et la baisse de l’audition.
    La vitamine B9 (épinards, olives, laitue, oeufs…) pourrait ralentir la perte des cellules ciliées, responsables de la transmission des signaux sonores au cerveau selon une étude néerlandaise*.
    La quercétine (oignons, agrumes, pomme avec la peau, le thé vert ou noir….), antioxydante, favoriserait la micro-circulation locale, notamment au niveau de l’oreille interne.
    La vitamine D (sardine, thon, maquereau, hareng, œuf…) permettrait une meilleure absorption de calcium et renforcerait les cartilages.

  • De la musique forte pendant 4 heures
  • Que ce soit dans son mp3, dans sa voiture ou même chez soi, l’écoute prolongée de musique à un haut niveau sonore peut abîmer l’audition et entraîner des acouphènes. Le principal danger de la musique est que le plaisir ressenti en l’écoutant masque la quantité d’énergie reçue par l’oreille.
    Que se passe t-il dans l’oreille ? « Les cellules de l’oreille interne produisent une substance toxique qui n’est pas dangereuse en soi mais peut tuer ces mêmes cellules quand elle est produite en trop grande quantité », explique le Dr Pascal FOEILLET, médecin ORL. Plus la musique est forte, plus le phénomène se produit rapidement. La limite de décibels (dB) avant que la substance ne se crée est estimée à 85 dB sur une durée de 8 heures. Quand le son est de 88 dB, le temps d’écoute est limité à 4 heures. La règle : « Lorsque le son augmente de 3 dB, il faut réduire la durée d’écoute par deux »

    Source : http://www.medisite.fr