Baisse auditive : quels appareils acheter ?

1 février 2015

Les prothèses auditives se sont perfectionnées au cours des dernières années : plus efficaces et plus discrètes, il en existes différents modèles adaptés au niveau de surdité. Contour d’oreille, intra-canal, intra-profond, intra-conque ou lunettes auditives, Médisite fait le point avec Benoît Roy, audioprothésiste.

Contour d’oreille : la prothèse auditive la plus utilisée

La partie placée derrière l’oreille est reliée à un embout qui se glisse dans le conduit auditif. Il existe aujourd’hui un système « open  » (Au lieu de l’embout, on a une collerette souple au bout d’un tube très fin).
Les résultats : C’est l’aide la plus utilisée. Elle s’adapte à tous les niveaux de perte auditive, de très légère à sévère avec d’excellentes performances. Le système open empêche la gêne de l’appareil et les effets d’occlusion qui entraînent des résonances. En plus, d’importants progrès ont été faits et le contour est devenu très discret », explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Prix : 800 à 2200€ la prothèse et le suivi (ce n’est pas la forme de l’appareillage mais la technologie utilisée à l’intérieur qui coûte plus ou moins chère).
Prise en charge : 65 % sur la base d’un forfait de 199,71€, soit 129,80€ + mutuelle.
Le plus : confortable et manipulable, y compris par les personnes très âgées.

L’« intra canal » : peu voyant

C’est la 2ème forme d’appareil la plus utilisée après les contours d’oreille. L’intra canal ressemble à une oreillette peu voyante qui se loge dans le conduit auditif.
Les résultats : « Très efficace, il s’adapte aux surdités légères à moyennes, mais pas aux troubles auditifs profonds. Le contour d’oreille est le plus conseillé dans ces cas-là. Cet appareillage ne convient cependant pas aux personnes ayant un conduit auditif trop petit et étroit, avec de fortes sécrétions de cérumen. « , explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Prix : 800 à 2200€ la prothèse et suivi.
Prise en charge : 65 % sur la base d’un forfait de 199,71€, soit 129,80€ + mutuelle.
A savoir : plus petit, il demande une bonne dextérité.

L’ « Intra profond » : l’oreillette quasi invisible

Il s’agit toujours d’une oreillette, mais celle-ci est « quasi- invisible » grâce à son positionnement intégral dans le conduit.
Les résultats : « C’est la plus discrète de toutes. Elle s’adapte bien aux surdités légères et moyennes mais si les sons graves ont été conservés, on préfèrera un contour d’oreille  » open  » pour plus de confort. Cet appareillage ne convient pas aux personnes ayant un conduit auditif trop petit et étroit, avec de fortes sécrétions de cérumen », explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Prix : 800 à 2200€ la prothèse et suivi.
Prise en charge : 65 % sur la base d’un forfait de 199,71€, soit 129,80€ + mutuelle.
A savoir : très petite, c’est la plus fragile. Elle demande une bonne dextérité.

L’« Intra conque » : quel intérêt

Cette aide a l’apparence d’une oreillette qui se loge à l’intérieur de l’oreille, mais elle est cependant plus large et déborde dans le pavillon pour occuper toute la conque de l’oreille.
Les résultats : « C’est un appareil qui était très utilisé aux Etats-Unis mais pas en France, à cause de sa grande taille et de son manque d’esthétisme. Pourtant, elle est facilement manipulable. Très peu de personnes en portent aujourd’hui, même si elle est aussi efficace qu’un contour d’oreille pour des surdités moyennes à sévères » , explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Prix : 800 à 2200€ la prothèse et suivi.
Prise en charge : 65 % sur la base d’un forfait de 199,71€, soit 129,80€ + mutuelle.

Les lunettes auditives : marginal mais intéressant

Ce double appareillage permet de corriger la vue et l’audition. Il en existe 2 sortes : les lunettes à conduction osseuse, qui sont intéressantes dans les cas de surdité de transmission (perte de l’oreille moyenne), et celles à conduction aérienne, plus adaptée à la presbyacousie. Cette dernière se présente comme une paire de lunettes classiques avec une prothèse intégrée.
Les résultats : « Il y a un petit adaptateur pour fixer le contour d’oreille en bout de branches. C’est un support qui reste cependant très marginal. Elle peut être intéressante quand la personne a de gros problème de dextérité », explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Prix : 800 à 2200€
Prise en charge : 65 % sur la base d’un forfait de 199,71€, soit 129,80€ + mutuelle.

Prothèses auditives : quelle durée de vie ?

Sa durée de vie : elles sont à renouveler tous les 4 à 5 ans.
Les piles : se changent tous les 4 à 20 jours en fonction de la prothèse. Remboursées 65% sur une base de 36,59€/oreille/an, soit 23,80€/an (comptez environ 1€/pile).
L’entretien : elles sont fiables, durables, simples d’emploi, mais restent fragiles. Les prothèses intra-auriculaires l’étant plus qu’un contour d’oreille. Le soir, rangez-les dans un endroit sec, à l’abri de l’humidité.
Retirez-les avant de vous doucher et ne les laissez pas dans la salle de bain. Essuyez toute trace de transpiration autour de vos oreilles. Nettoyez quotidiennement l’embout avec un tissu propre et doux, ou changez régulièrement les filtres anti-cérumen.
Et si la surdité est trop profonde
En presbyacousie, les seules solutions sont les prothèses. « Le vieillissement de l’oreille est inévitable et irréversible. Il est préférable de se faire appareiller le plus tôt possible quand la difficulté d’écoute (mauvaise compréhension de la parole dans un lieu bruyant, besoin de parler plus fort…) devient gênante. Attendre rend l’appareillage plus difficile et met progressivement les patients en situation d’exclusion », explique Benoît Roy, audioprothésiste.
Si la surdité est devenue très profonde et que les appareillages auditifs ne sont plus efficaces, il est possible de s’orienter vers des implants cochléaires. Ces implants nécessitent une chirurgie, de nombreuses séances de réglages et une rééducation (prise en charge totale).

Essayer une prothèse auditive : l’étape indispensable

Une prothèse n’est pas un appareil miracle qu’il suffit de mettre pour bien entendre. C’est le médecin ORL qui prescrit une aide auditive et l’audioprothésiste qui conseille sur la prothèse la mieux adaptée. C’est lui qui en assurera le réglage et le suivi pendant des années.
Cependant une prothèse ne s’achète pas comme n’importe quel objet. Une période d’essai et d’adaptation est nécessaire, à l’issue de laquelle vous déciderez de la garder ou non.
L’audioprothésiste doit vous prêter l’appareil. Vous aurez seulement à payer un embout réalisé sur mesure et une caution. Les frais seront déduits du prix lors de l’acquisition. Certaines enseignes ont font d’ailleurs un argument de vente. C’est le cas d’Audika qui propose à l’essai des modèles d’appareils auditifs dernière génération tels que l’Audipuce, quasi invisible ou l’Audimini.
Ensuite : un bilan est à faire tous les 6 mois chez l’audioprothésiste.

Sources

Remerciements à Benoît Roy, audioprothésiste et président de l’UNSAF, Union nationale des syndicats d’audioprothésistes français.
Medisite