Les grandes chaînes de télévision sous-titrées

10 février 2010

Les téléspectateurs sourds et malentendants enfin entendus

Après un rude combat des sourds et malentendants, les grandes chaînes de télévision vont  devenir accessibles à 100% aux quatre millions de déficients auditifs Français, qui vont aussi pouvoir profiter, pour la première fois, des chaînes d’information en continu.

La loi du 11 février 2005 sur le handicap avait donné cinq ans aux chaînes hertziennes pour sous-titrer l’intégralité de leurs programmes: à compter de vendredi, ce devrait être chose faite pour TF1, France 2, France 3, France 5, Arte, Canal+ et M6.

Le combat pour en arriver là a été « long et difficile », témoigne Jérémie Boroy, président de l’Unisda (Union nationale pour l’insertion sociale des déficients auditifs).

Des discussions ont été engagées dès les années 1970 avec le service public télévisé, qui a proposé ses premiers sous-titrages au début des années 1980 via le décodeur Antiope.
« Jusqu’en 2004 nous avions beaucoup de mal à nous faire entendre, nous passions pour des fous en revendiquant les 100% », se rappelle M. Boroy.

Si beaucoup de programmes de stock (fictions, films, jeux enregistrés…) sont devenus progressivement accessibles, le retard a longtemps porté sur les journaux télévisés et l’ensemble des émissions en direct, dont le sous-titrage nécessite une pratique particulière et coûteuse.

France 2 a été pionnière en la matière, à l’occasion de la campagne présidentielle de 2007, rejointe par TF1, M6 et Canal+: « pour la première fois, le pluralisme de l’information pénétrait dans les foyers de personnes sourdes ou malentendantes qui ont dû apprendre à faire un choix – et qui dit choix dit citoyenneté », fait valoir le responsable de l’Unisda.

A l’heure actuelle, la plupart de ces chaînes ont déjà quasiment 100% de leur antenne accessible. Canal+ s’y est mis depuis le 1er février, avec ses programmes emblématiques comme les « Guignols » ou « Le grand journal ».

Pour France Télévisions, le sous-titrage des jeux olympiques de Vancouver qui commencent vendredi sera un véritable « baptême du feu », dit Olivier Harland, qui pilote le dossier au sein du groupe public.

La grande nouveauté viendra aussi des chaînes d’information en continu qui vont, pour la première fois à partir de vendredi, sous-titrer plusieurs journaux.

La loi imposait initialement à i-TELE, BFMTV et LCI de rendre 40% de leur antenne accessible aux malentendants. « Cela représentait 14% de leur budget. Avec la crise, elles parlaient de mettre la clé sous la porte… Il a donc fallu trouver une solution qui convienne à tous, un vrai casse-tête! », raconte Christine Kelly, en charge du dossier au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Ces chaînes privées concurrentes se sont partagées la journée dans les heures creuses où les grandes chaînes ne font pas d’information: trois journaux sous-titrés dans la tranche de 09h00-12h00 sur BFMTV, trois sur LCI l’après-midi, trois sur i-TELE le soir… et, en plus, un journal en langue des signes, canal prioritaire d’accès pour beaucoup de sourds dont c’est la langue première.

Cette nouvelle accessibilité est particulièrement appréciée, et pas seulement des sourds et malentendants: elle le sera aussi de leur famille et de tout téléspectateur dans un environnement bruyant (cafés, etc.).

Longtemps en retard, la France commence maintenant à être citée comme référence, même si la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont de longues années d’avance, dit M. Boroy.

Mais bien des choses restent à améliorer, notamment la qualité du sous-titrage en direct et la traduction en langue des signes pour l’information, les débats ou les programmes pour enfants ne sachant pas encore lire.
Source : AFP – 10/02/2010 – http://actu.orange.fr/a-la-une/les-telespectateurs-sourds-et-malentendants-enfin-entendus_492163.html